Bienvenue sur le blog du Pôle Textile Alsace

Tricotage de Marmoutier travaille sur la seconde vie de ses articles

Tricotage de Marmoutier travaille sur la seconde vie de ses articles

By on 26 09, 2015 in L'actualité de nos adhérents

Depuis bientôt quatre mois, la société Tricotage de Marmoutier (SNTM) s’est engagée aux cotés du Pôle Textile Alsace dans une démarche de Tri de ses déchets textiles. L’enjeu ? Développer l’économie circulaire et valoriser les déchets textiles de production.

Estimées à 5 tonnes par an par Isabelle TALABARDON en charge du projet « Recyclage textile » au sein du Pôle textile Alsace, les chutes de production pourront être proposées à d’autres acteurs de la filière alsacienne. Et pas toujours celles que l’on pourrait imaginer ! Si évidemment une entreprise de recyclage textile existe dans les Vosges, d’autres débouchés sont possibles explique la chargée de mission : « Imaginez une robe qui trouve une seconde vie dans un canapé, dans un feutre d’isolation... ». Les débouchés sont variés, il n’y a qu’à les trouver. Pour cela, Tricotage de Marmoutier peut compter sur le dynamisme du réseau du Pôle Textile Alsace et sur sa chargée de mission.

Mais pour l’heure, il faut bien commencer par un bout. C’est pourquoi Isabelle TALABARDON accompagne l’entreprise pour :

  • réaliser un diagnostic sur les produits quotidiennement, identifier les stocks en dormance pour enfin inventorier l’ensemble des chutes textiles qui pourraient être réutilisées, recyclées ou détruites pour les moins recyclables.
  • sensibiliser le personnel en interne sur le tri, sur une consommation juste et minimale des matières et sur l’Eco-conception pour créer des collections à base de ces chutes de production. Un travail de longue allène mais qui peut s’appuyer sur des bases solides à travers les expériences « CIM-ECO » et « Eco-conception » menées, encore une fois par le Pôle.

En parallèle Isabelle TALABARDON avance pragmatiquement : diagnostics dans les entreprises textiles, rencontre avec le réseau économique local, mise au point d’une offre textile en économie circulaire. Un travail qui prendra 3 ou 4 ans, le temps que les flux de matières (et d’informations) se développent dans la région. Mais qui, à en juger par la montée en puissance de la conscience citoyenne, a toutes les chances de réussir.

 

D’après un article de Guillaume ERCKERT – Dernières Nouvelles d’Alsace – Crédit Photos : DNA